Parlement, Vienne, AutricheLa légendaire neutralité autrichienne. Il fut un temps où l'Autriche était plus engagée et où Vienne, sa capitale, dictait les règles géopolitiques de toute l'Europe. Le 19ème siècle est loin et les frontières de l'Empire austro-hongrois ont volé en éclats. En retrouvant sa souveraineté en 1955, l'Etat autrichien revendique sa neutralité, tourne la page de l'Anschluss et du national-socialisme. Il évite ainsi la dure loi des vaincus et le destin des deux Allemagnes, orphelines l'une de l'autre. Neutralité ne signifie pas pour autant tiédeur. Frontière naturelle du monde chrétien, Vienne a longtemps rivalisé avec Paris et Londres aux temps glorieux de l'Autriche-Hongrie. Ancienne capitale d'un empire qui n'existe plus, éteinte durant la Guerre Froide, Vienne retrouve sa vitalité après la chute du Mur du Berlin, et mise avec bonheur sur les valeurs sûres de son apogée culturelle : la musique, l'opéra, les arts et cette inimitable élégance gourmande du "café viennois".



Une capitale asymétrique

Vienne a longtemps eu peur du Danube et de ses crues, la ville l'a tenu éloigné de son centre et canalisé très tardivement. Le Danube délimite la Vienne touristique.



Vienne Impériale

Un tour de 5,2 km et une décision fondatrice de la Vienne moderne : en donnant l'orde de construire la Ringstrasse, l'empereur François-Joseph posa les jalons de ce qui fit et fait encore l'éclat de Vienne.  



Innere Stadt

Au coeur de la ville historique, pas une seule rue sans monument classé.



Balade musicale

Vienne, capitale mondiale de la musique… quand la musique classique était la seule forme musicale audible.



Gastronomie

On irait à Vienne uniquement pour ça. Bienvenue dans le temple du savoir-vivre viennois : le café, monument de culture locale que l'Autriche aimerait voir un jour inscrit sur la liste du patrimoine immatériel de l'Unesco.



5 bonnes raisons d'aller à Vienne

- le patrimoine architectural
- les musées et leurs oeuvres majeures
- la promenade du Ring
- la saison des bals
- le charme du café viennois



A lire ou à relire

- "Mademoiselle Else" d'Arthur Schnitzler, peinture du climat social et culturel de la vie viennoise après la Première Guerre Mondiale.



A voir ou à revoir

- la trilogie de Sissi Impératrice, kitsch, larmoyant et très daté, pour la sublime Romy Schneider, la Vienne impériale et sa vie de cour.

 

Par Gilles Granger